Hommes, femmes : La rupture est vécue différemment

Certes, la rupture est vécue différemment selon la personnalité de chacun mais il est certain qu’aucun individu sur terre ne peut rester sentimentalement indifférent face à une déception amoureuse.

Cependant, il semblerait que la phase post-rupture soit moins douloureuse pour les hommes que pour les représentantes du beau sexe.
Petit détail : Elles s’en remettent plus rapidement.

 

Une femme a tendance à s’investir corps et âme dans une relation

Il semble donc logique que la souffrance des femmes soit proportionnelle aux efforts fournis. (des efforts qui n’auront servi à rien se surprendraient-elles à penser).

Une fois l’homme parti, c’est les pots de nutella qui sortent des placards et les longues conversations de minuit avec les copines qui remplissent nos soirées.

On s’imagine rapidement des années plus tard, au milieu d’une cinquantaine de chats, menant la vie bien trop calme d’une célibataire poisseuse.

Le fait est que les femmes tendent à assimiler leur tout nouveau boyfriend à l’homme de leur vie.

Ayant fait le tour d’à peu près tous les types d’hommes (le macho, le narcissique, le frimeur super friqué, le badboy), elles espèrent vivre le grand amour avec ce dernier qui n’a rien à voir avec ses prédécesseurs.

Les moins expérimentées, rongées par leur manque de confiance en soi, se retrouvent sur un petit nuage à la moindre petite attention de la part d’un homme.
Elles s’investissent donc de toute leur force pour faire fonctionner cette relation dans laquelle elles auront placé tous leurs espoirs.

Une femme nouvellement « single » est on ne peut plus reconnaissable. Elle s’isole, traîne les pieds d’une pièce à autre, se goinfre (ou pas du tout).

Et même lorsqu’on arrive à la faire sortir de son petit nid, elle arbore une tête boudeuse, l’air pensif. Rien qui puisse inciter à se battre pour se retrouver en sa compagnie.

Cependant, les femmes pleurent un bon coup, se morfondent, chialent et s’apitoient sur leur sort pour finir par définitivement passer à autre chose.

Qu’en est-il pour les hommes ? La rupture est vécue différemment, vraiment ?

Traditionnellement, les hommes tendent à camoufler leurs ressentis et préfèrent passer pour les gros durs du siècle.

Inatteignables et fiers, ils sortent dès le lendemain de la rupture, faire les 400 coups. Ils accumulent les flirts et déchirent la page que les femmes mettent des mois à tourner.

Cependant, se cachent généralement sous ces masques, inconfort, culpabilité ou malaise.
Certains se retrouveraient même, après un certain temps, obnubilés par l’idée de reconquérir leur ex.

Il est vrai que l’entourage peu riche des hommes, comparé à celui des femmes (amies de la gym, de la fac, du centre de beauté, famille, voisines, etc), ne les aide pas à regarder la vérité en face. Un ennemi au visage inconnu peut alors se mettre à inspirer en eux une peur absolue.

Ils sont également moins habitués à se confier. Ou alors, c’est avec leur bien-aimée qu’ils s’initient aux confessions. La bien-aimée devenue un simple élément du passé, ils sombrent dans des moments de solitude et comblent un vide en jouant aux nonchalants. Tout va pour le mieux jusqu’au moment où des remords jaillissent pour les ronger.

La vérité les gifle du jour au lendemain et ils se rendent compte que l’être perdu est irremplaçable et que leur vie se dénue de plus en plus de sens.

Alors que Madame aura eu, pendant ce temps là, l’occasion de tomber sur le grand amour et vivre son idylle tant rêvée, Monsieur se met à ressasser un chagrin tu pendant longtemps.

Ne prétendons pas détenir la vérité absolue mais en général c’est comme ça que ça se passe ! Peu importe la façon, la rupture est vécue différemment entre hommes et femmes.

Laisser une réponse